Trois Mondes Critique Essay

Publiée le 06/12/2012

"Trois Mondes" suit une trame scénaristique assez classique et linéaire qui est bien là son seul défaut ! En effet, les différents thèmes sont développés d'une manière adroite, intelligente et subtile ! Bien sûr, on retient en premier la culpabilité que chacun porte ici à différents degrés et ce qu'elle va impliquer et provoquer au niveau des personnages qu'ils soient témoin, chauffard, ou victime et tous les trois de milieux très différents ! La dépendance des uns aux autres et la spirale infernale qui va s'installer est très pertinente et très bien montrée, tel l'effet domino... Les acteurs sont au niveau des trois rôles principaux, très bons et surtout attachants jusqu'au conducteur-chauffard lui-même et contre toute attente d'ailleurs ! Ce dernier obsédé par la réussite et par l'argent, croit immédiatement pouvoir tout monnayer et ainsi se racheter de la faute commise ! Le thème de l'argent qui corrompt notre société est aussi bien présent en prenant tout son sens... En tant que témoin prise au piège, Clotilde Hesme dans son humanisme et son dévouement aux autres, est surprenante de justesse dans ses hésitations, ses regards qui en disent long ! Le personnage de Véra est aussi remarquable par les différents états d'âme qui la gouvernent. Au passage, les magouilles auxquelles se livrent les gérants du garage automobile sont pleines d'enseignement et donnent ainsi la réponse à pas mal de questions ! Cette étude de caractère très aboutie se révèle donc fort riche, voire presque passionnante au point de ne pas voir le temps passer !

Partagez :FBfacebookTWTweetG+Google

| Genre : le prix d'un homme.

Al se prépare à devenir le gérant d'une importante concession automobile et à épouser la fille de son patron. Juliette termine son internat de médecine. Vera, sans-papiers venue de Moldavie, survit en faisant le ménage. Trois personnages, trois mondes éloignés les uns des autres. Sauf qu'une nuit, Al prend la fuite après avoir renversé le mari de Vera. De sa fenêtre, Juliette a tout vu et va aider la femme du blessé à retrouver le chauffard.

Al peut-il continuer à vivre comme si de rien n'était ? Jusqu'où Juliette peut-elle s'engager pour aider les autres ? Catherine Corsini raconte leurs dilemmes à la manière, énergique, d'un film noir. Même si le suspense moral progresse non sans quelques ratés : un récit trop mécanique, une histoire d'amour improbable, des seconds rôles mal définis, telle Adèle Haenel, peu convaincante en fille à papa déboussolée...

Ce que la réalisatrice réussit le mieux, c'est la chronique d'une société gangrenée par l'argent. Al pense un temps pouvoir réparer sa faute en versant quelques milliers d'euros à la famille de sa victime. La question du prix d'un homme se retrouve au coeur d'une scène qui secoue : Vera demande aux responsables de l'hôpital combien ils sont prêts à payer pour les organes de son mari. En filmant jusqu'au malaise la colère de l'immigrée et la gêne des médecins, Catherine Corsini apporte un éclairage cru sur le fossé entre les classes sociales. — Samuel Douhaire

0 thoughts on “Trois Mondes Critique Essay”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *